mardi, mai 21, 2019
Banner Top

Le célèbre tweeter saoudien Moujtahed a révélé de nouveaux détails sur le sort des proches du prince héritier Mohamad ben Salmane qu’il a fait emprisonner.

bandar_ben_salmane1

Il a évoqué entre autre celui de son propre frère, Bandar ben Salmane, qui a été arrêté en janvier 2019:  les conditions de sa séquestration et les tortures qui lui ont été infligées lui auraient provoqués des lésions  psychologiques et physiques.
« Le mauvais traitement qu’il a subi au début de sa séquestration l’a détruit sur le plan cérébrale et psychologique », a tweeté Moujtahed, dont la page est suivi par près de deux millions de personnes.

Dans les milieux de la famille, MBS propage que les raisons de sa séquestration remontent au fait qu’il est accro aux drogues, poursuit-il.
Alors qu’il l’a fait capturer parce qu’il l’a soupçonné d’avoir voulu comploter contre lui.

Malgré son jeune âge, Bandar ben Salmane a occupé des postes importants au sein du royaume: il été le directeur du bureau spécial du roi Salmane et son secrétaire privé dans la Cour royale. Lorsque le roi était le prince de la région de Riad, il a été chargé de superviser la Garde royale. Il aurait aussi selon le site qatari Watanserb effectué des missions d’espionnage, de sécurité et de renseignements, pour le compte de son père et de son frère MBS et aurait dirigé à lui seul une unité spéciale pour les opérations de renseignements internes et externes.

Et la mère de Bandar  

saad_jabri

Sur sa page, le tweeter saoudien a aussi évoqué le sort de la mère de Bandar, qui avait elle aussi été assignée à résidence dans un palais.
« MBS l’a libérée mais elle est très gênée en raison de la situation de Bandar et en veut énormément à MBS. Comme elle ne peut obtenir la libération de Bandar, elle a recommandé à ses gardes dont le nombre est de l’ordre de 25 de prendre soin de lui et leur a acheté a chacun d’entre eux une Cadillac Escalad 2019 et leur a offert la somme de 100 mille rials », poursuit Moujtahed.

Entretemps, MBS s’emploie pour rapatrier ses opposants vivants à l’étranger. C’est le cas de Saad al-Jabri (photo à gauche) qui était le bras droit de Mohamad ben Nayef, l’ex prince héritier, lorsqu’il était ministre de l’intérieur.
Comme il vit aux Etats-Unis, le prince héritier a ordonné de faire arrêter deux de ses frères et menace de capturer d’autres membres de sa famille s’il ne revient pas.
« Dieu merci que les oppresseurs s’en prennent les uns aux autres », a conclu Moujtahed. En allusion aux sévices qu’il a fait subir aux opposants lorsqu’il était en poste de conseiller sécuritaire dans le ministère en question.

Site d'information et de culture des musulmans francophones.

0 Comments

Leave a Comment

FOLLOW US

GOOGLE PLUS

PINTEREST

FLICKR

INSTAGRAM

Archivies

Social