dimanche, mai 26, 2019
Banner Top

les membres du gouvernement et les proches du président Paul Biya sont tous sous menace d’arrestation à l’étranger, et en particulier en occident et aux Etats Unis. Le président Paul Biya l’avait déjà flairé depuis longtemps, c’est pourquoi il avait fait rapatrier ses enfants pour les inscrire à l’ENAM l’école d’administration la plus prestigieuse du pays.

Le degré de pression du rouleau compresseur américain qui est en train de broyer à petit feu le régime de Yaoundé est matérialisé aujourd’hui par cette fameuse liste noire des proches de Biya que les Etats unis ont élaborée. Ils sont 27 au total qui seront poursuivis dans les prochains jours d’après des sources certaines au secrétariat d’état américain.

Il se chuchoterait que le président Biya ne se serait pas rendu a Ndjamena au sommet de la CEMAC parce qu’il aurait eu peur d’y être arrêté. Par qui ? Pour quels motifs ?

Mais pourquoi les états unis veulent à tout prix faire partir le président camerounais? Ce petit pays d’Afrique central qui ne représente rien dans le concert des nations devient subitement très intéressant aux yeux des USA. On se pose des questions lorsque nous savons que ce même état soutien les royaumes du golfe qui ne respectent aucune loi humaine. Les états unis sont pas des modèles en droits de l’homme et libertés. L’exemple la plus récente est la reconnaissance de Jérusalem comme capitale de l’état hébreux en désaccord avec toutes les conventions internationales.

Le président Biya qui a été élu pour un septième mandat est considéré comme la solution pour nombreux camerounais malgré la montée du tribalisme, la guerre dans ses zones anglophones, les arrestations politiques et la pauvreté montante dans ce pays riche en ressource.

Site d'information et de culture des musulmans francophones.

FOLLOW US

GOOGLE PLUS

PINTEREST

FLICKR

INSTAGRAM

Archivies

Social