mardi, mai 21, 2019
Banner Top

Me Emmanuel Simh, avocat et vice-président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) et Olivier Bibou Nissack, porte-parole du leader du MRC, Maurice Kamto, sont frappés d’une interdiction de quitter le pays. Le document émane des services de la police, renseigne notre source.

Cette mesure n’a pas encore été notifiée aux concernés. «Je ne peux pas parler de cela, parce que je n’ai pas encore été notifié», a réagi Emmanuel Simh, contacté par un de nos confrères depuis le Cameroun. Nous ignorons pour l’heure, les motifs de cette mesure, généralement prise à l’encontre de personnalités soupçonnées de détournement de fonds publics.

Mais elle intervient dans un contexte marqué par des poursuites judiciaires intentées par les autorités contre l’opposant Maurice Kamto et environ 150 de ses partisans. Interpellés fin janvier 2019 suite à une marche « blanche », ils ont été placés en détention provisoire à la prison de Yaoundé-Kondengui. Ils sont poursuivis entre autres pour «hostilité à la patrie», «insurrection» et «rébellion». Des infractions qui sont, pour certaines, passibles de la peine de mort. Me Simh fait partie du collectif d’avocats affectés à leur défense.

Rappelons que Maurice Kamto, principal opposant du président actuel Biya Paul au pouvoir depuis 37 ans, réclame sa victoire volée et est considéré par l’union européenne et les USA comme un prisonnier politique. Le Président Biya, qui n’a pas fait de campagne électorale lors des élections du 07 octobre 2018, parle difficilement à son peuple et cela laisse croire pour certains que le pays est dirigé par quelques proches de la famille.

Ce pays connu pour sa stabilité jadis, fait face désormais a une guerre politique dans la zone anglophone depuis 3 ans.

Site d'information et de culture des musulmans francophones.

FOLLOW US

GOOGLE PLUS

PINTEREST

FLICKR

INSTAGRAM

Archivies

Social